08
février
Par

Ma formation en génie civil

Le choix d’intégrer l’INSA de Strasbourg, une évidence pour moi …

Intéressé depuis très jeune par le domaine de la construction, j’ai choisi d’intégrer l’INSA de Strasbourg après le baccalauréat directement. Ce choix a été comme une évidence pour moi : l’INSA de Strasbourg proposait une formation dans le domaine du Génie Civil, alliant à la fois des cours théoriques, des travaux dirigés, des travaux pratiques, ainsi que plusieurs stages en entreprise. Cette formule me paraissait variée et plus adaptée à mes envies que les classes préparatoires classiques avec concours d’entrées pour les grandes écoles.

De la théorie à la pratique

Mes 5 années à l’INSA de Strasbourg m’ont confortées dans ma décision. La première année était très théorique, avec beaucoup de mathématiques et de physique au programme. Toutefois, les travaux dirigés par petits groupes couplés aux cours magistraux en amphithéâtre se sont montrés intéressants et m’ont permis de faire connaissance aussi bien avec les groupes abéliens ou autres espaces vectoriels qu’avec les différents principes de la thermochimie, en passant par les suites numériques.

Durant la deuxième année, les notions de statique et de mécanique, ainsi que les premiers cours orientés métier viennent remplacer petit à petit les mathématiques. Puis les cours deviennent de plus en plus ciblés en fonction de notre spécialité : les cours de béton armé, conception d’ouvrages d’art, construction métallique ou génie parasismique ont occupé 100% de ma formation en quatrième et cinquième année. Toutes les notions vues en cours sont travaillées par petits groupes en travaux dirigés, ce qui permet de bien les comprendre et les assimiler. Les travaux pratiques sont également très intéressants.

Les différents stages en entreprises

En parallèle, j’ai effectué plusieurs stages : le premier avait pour but de me sensibiliser au métier d’ouvrier de la construction. Ce stage permet de voir comment est mis en application certaines notions vues en cours. Le second stage est orienté technicien : j’ai choisi de l’effectuer dans un bureau d’études en Suisse. Durant ce stage, j’ai été confronté au métier de technicien. Mon dernier stage, d’une durée de 20 semaines (Projet de fin d’études) a également été effectué au sein de ce bureau d’études.

 

 Mes activités professionnelles

Le prolongement de mon Projet de fin d’études

Suite à l’obtention de mon diplôme, j’ai choisi de rester dans le bureau dans lequel j’avais effectué mon Projet de fin d’études, à savoir sd ingénierie lausanne sa. Je suis aujourd’hui ingénieur civil et chef de projet au sein de ce bureau, situé à Lausanne (canton de Vaud, Suisse).

Mes différentes activités

Depuis mes débuts au sein de ce bureau, j’ai été en charge du dimensionnement de plusieurs bâtiments et ouvrages d’art, dans différentes phases d’études. Mon travail consiste à élaborer avec l’architecte en phase avant-projet et projet un ouvrage qui répond aux envies du Maître de l’Ouvrage  et à la vision de l’architecte : pour ce faire, l’ingénieur civil doit caler une structure porteuse convenable (aussi bien vis-à-vis des déformations que des efforts statiques et sismiques) en accord avec le projet de l’architecte, et dimensionner les différents éléments du système porteur. De nombreux aller-retours sont généralement nécessaires.

En parallèle, je dimensionne différents éléments, afin de pouvoir rédiger les soumissions (descriptif des travaux très détaillé, comprenant les quantités, pour que l’entreprise puisse répondre à l’appel d’offres). S’en suit la phase Exécution, durant laquelle je suis en charge du contrôle du système porteur (vérification des déformations et de l’aptitude au service de l’ouvrage, ainsi que descente de charges), puis du dimensionnement de l’armature (calculs statiques et sismiques). Durant cette phase, je suis en contact permanent avec l’architecte et les CVSE, mais également avec le chantier pour l’avancement et les contrôles périodiques. Mon travail durant cette phase s’arrête au schéma d’armatures : je prépare un schéma d’armatures pour qu’un dessinateur puisse effectuer les plans de coffrages et d’armatures.

L’affaire du moment

Actuellement, je travaille sur un projet de passage inférieur voyageurs et mobilité douce pour la gare de Gland (canton de Vaud, Suisse). Il s’agit d’un projet relativement complexe : l’ouvrage est situé aux trois-quarts dans la nappe phréatique, et doit être construit en maintenant en service les voies CFF au-dessus du passage inférieur. Les autres particularités de cet ouvrage sont sa géométrie, avec différentes rampes et escaliers imbriqués les uns au-dessus des autres, et la volonté de l’architecte de garder tout l’ouvrage en béton apparent (et donc de cacher au maximum tous les arrêts de béton).

Présentation du projet de la gare de Gland

Ce projet est actuellement en phase Exécution, le chantier va s’ouvrir en avril 2016 pour la partie béton. Afin de pouvoir effectuer les plans de coffrages et d’armatures, nous devons avoir une interaction forte avec les géotechniciens en charge des travaux spéciaux (jetting, ancrages, butonnages, excavations, …), l’architecte (pour la partie esthétique), les CFF (en tant que Maître de l’Ouvrage), l’entreprise, … et une excellente coordination interne entre ingénieurs et dessinateurs. Outre les calculs compliqués que je peux être amené à faire, mon métier est donc également composé de relationnel et de discussions pour trouver la meilleure solution.

 

Formation et Intégration en entreprise

L’adéquation entre ma formation, mes stages, mes missions en entreprise

Durant ma formation à l’INSA de Strasbourg, j’ai vu les principales notions de base pour le dimensionnement des structures porteuses, que ce soit en béton armé, béton précontraint, acier, mixte ou bois. Les différents projets m’ont permis de mettre en application ces notions, mais aussi de travailler en équipe. De plus, nos cours étaient non seulement orientés technique, mais également management, gestion d’équipes et communication.

Ayant effectué mon stage de 4ème année et mon Projet de fin d’études au sein de la même entreprise, je n’ai pas ressenti de réelle difficulté à entrer dans le monde du travail : le passage s’est fait en douceur. Mon bagage théorique acquis à l’INSA de Strasbourg m’a également aidé à aborder cette transition avec facilité : j’ai pu réaliser mon premier bâtiment en Exécution sans difficulté majeure, puis construire plusieurs autres ouvrages.

Benjamin LEJEUNE

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *