27
février
Par

Le choix de l’INSA de Strasbourg et la spécialité Génie Civil

J’ai eu la chance de savoir très tôt ce que je voulais faire, à savoir calculer la résistance et la stabilité de structures. J’ai posé un nom sur ce métier puis sur le diplôme nécessaire. Mes critères étaient d’intégrer une école jouissant d’une bonne réputation et proche de ma région. C’est donc tout naturellement que j’ai choisi l’INSA de Strasbourg dans le but d’intégrer la spécialité génie civil.

 

Recrutement dans l’entreprise

J’ai réalisé mon Projet de Fin d’Etudes (PFE) dans un bureau d’étude interne de Vinci Construction France à Pont-à-Mousson. Voyant le contexte économique compliqué  au sein de la structure d’accueil de mon PFE, j’ai écrit une candidature spontanée au bureau d’études Simon-Christiansen & Associés. Avant même l’obtention du diplôme, j’ai été embauché en qualité de chef de projet au sein de ce bureau situé à Capellen (Luxembourg).

 

Mes activités

Ma mission principale est d’assurer la stabilité et la résistance des ouvrages. Je travaille dans le domaine résidentiel, commercial et industriel essentiellement, dans le neuf comme dans la transformation.

En phase d’avant-projet, j’assiste l’architecte et le maître de l’ouvrage afin de concevoir une structure qui s’adapte aux besoins de l’exploitation du futur bâtiment. Le calcul peut alors permettre la pleine expression de l’architecture et respecter l’envie du client. Cependant, il faut être aussi “force de propositions” en orientant parfois l’équipe vers une construction plus ou moins souple avec en tête des critères de coûts du gros-oeuvre ou de changements d’exploitation. Avec un dessinateur, nous réalisons enfin un plan de coffrage qui montre le système structurel que j’ai prédimensionné (position, dimension et géométrie des porteurs). La vérification des plans est une tâche importante de mon travail tout au long de la mission.

Cette partie nécessite une grande interactivité entre les acteurs pour aboutir au permis de bâtir et à la soumission. La rédaction des bordereaux de quantités faisait également partie de ma mission mais un service spécialisé s’occupe désormais de cette tâche.

En phase d’exécution, je réalise les calculs définitifs. Lorsqu’il s’agit de béton armé, je réalise des croquis de ferraillage que je transmets à un dessinateur pour qu’il produise un plan d’armatures qui servira sur chantier. Une mission de contrôle des aciers existe également au Luxembourg.

En bois et en charpente métallique, je transmets en plus des plans les notes de calculs nécessaires à l’entreprise pour la réalisation des plans d’atelier (modèle statique retenu, efforts dans les assemblages, etc.).

Durant cette phase, je reste en relation étroite avec l’architecte et le client. Je suis aussi en contact permanent avec l’entreprise par mail-téléphone et lors des réunions de chantier hebdomadaires.

Nota : Au Luxembourg, les relations de contrat sont différentes de celles en France. En phase EXE, 80% du temps est passé avec le maître d’ouvrage (MOA) et non avec l’entreprise. Les liens de subordination sont donc différents.

 

Le projet du moment

Je travaille sur une dizaine de projet en ce moment. Les affaires diffèrent selon leur taille, leur destination et le type de mission (ponctuelle ou globale). Je consacre en ce moment la majeure partie de mon temps sur le nouveau Centre Logistique de POST Group (Roost-Bissen, Luxembourg) présentement en phase EXE.

Le projet consiste en la réalisation d’un hall logistique (≈ 150m*40m), de bureaux (≈2000m²) et d’un parking. Le coût du Gros-Œuvre est estimé à environ 10 M€. La livraison du projet pour la POST Group est prévue pour le 31/07/2018.

 Le bureau a une mission dite complète sur ce projet. Des collègues s’occupent du suivi de chantier et je suis chargé de toute l’analyse structurel. L’étude statique est diverse. La construction réunit une charpente métallique, une construction mixte et une structure béton armé. Les principales difficultés de ce type de projet se révèlent être dans les détails à l’interface acier-béton. Les produits réellement mis en place (type bardages, porte de garage, façades, etc) peuvent changer le mode constructif envisagé en avant projet. Les plans doivent donc être indicés et il faut s’assurer que tous les corps de métier en tiennent compte.

 

Feedback sur la formation reçue

Les deux premières années théoriques ont eu deux effets importants : la démystification des sciences et une ouverture d’esprit. Cela joue quotidiennement sur mon travail. Grâce au premier, aucune « peur » ne  s’installe et ne me paralyse à l’approche d’une difficulté. Grâce au second, on peut être un réel meneur  dans un projet. On conçoit que nos choix affectent les différents acteurs du chantier et on fait en sorte que  les intérêts de chacun soient respectés.

Les trois années de spécialité suivante marque une rupture franche dans la formation. Tous les cours deviennent dirigés et sont amenés un jour à intervenir dans notre carrière. Une bonne répartition cours magistraux-travaux dirigés-travaux pratiques permet au futur ingénieur de comprendre et d’assimiler les savoirs. Les stages en entreprise complète l’apprentissage  et laisse entrevoir la marge de progression à combler dans l’entreprise. Chaque jour, j’utilise mes connaissances sur le béton armé, la construction métallique ou bien encore la géotechnique acquises au cours de cette partie des études.

 

L’intégration dans l’entreprise

Ayant déjà réalisé mes stages en bureau d’études, je n’ai rencontré que deux problèmes liés à la réalité de l’exécution :

  • l’apprentissage des différents produits de construction servant sur chantier (produit d’étanchéité, scellements, boite d’ancrage, rupteurs acoustiques/thermiques, goujons, etc.) ;
  • l’articulation entre les différents acteurs, les responsabilités de chacun.

Ce que j’ai apprécié à l’INSA, c’est la possibilité d’être acteur de sa formation par l’intermédiaire des travaux de groupe et des stages essentiellement. C’est là que les personnalités ressortent et divergent pour chacun puisse se diriger dans le domaine qu’il souhaite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un *